[Review] La Vision – Tome 1 : Un peu moins qu’un homme

Une « Vision » américaine de la famille !

L’Avenger Vision a décidé de fonder une famille. Ce synthézoïde l’a donc créé de toutes pièces et vient d’emménager en banlieue. L’intégration va s’avérer plus compliquée que prévue et les secrets vont venir peser sur cette petite famille parfaite.

Vision tome 1
Auteur: Tom King
Dessinateur: Gabriel Hernadez Walta
Couverture: Mike Del Mundo
Contient les épisodes US Vision(2016) 1-6
Disponible chez Panini Comics

L’avis du Kit :

Retour sur ce tome 1 à l’occasion de la sortie du dernier et ultime tome de la saga dernièrement dans la même collection chez Panini Comics.

The American Way of Life

Création d’Ultron puis membre des Avengers, le synthézoïde Vision a toujours vraiment chercher sa place au sein du Monde. Le super-héros synthétique décide alors de créer sa propre famille et de s’installer dans une banlieue résidentielle de Arlington à côté de Washington D.C. En plus de sa fonction chez l’équipe super-héroïque, la Vision leur sert là-bas de représentant auprès du Président des États-Unis. Il alterne entre acte de bravoure avec ses alliés et vie de famille auprès de son épouse Virginia et des ses jumeaux Vin & Vis. Mais bientôt l’attaque d’un vieil ennemi sur leur foyer, va remettre en cause la « paisible » existence de la famille Vision. Je n’irai pas plus loin pour éviter de « spoiler » allégrement la suite de l’histoire mais on peut dire qu’elle ne manque pas d’originalité. Le super-héros synthézoïde, créée en 1940 et redéfini en 1968 par Roy Thomas, Stan Lee et John Buscema, a enfin droit à un titre solo. Et c’est l’auteur Tom King (Nightwing, Grayson, Batman…) qui est chargé de mettre en scène l’Avenger et sa famille. On peut dire que King prend en main le super-héros à sa façon. On a toujours vu Vision comme un être altruiste et profondément humain malgré son statut. Mais jusqu’où irait-il s’il devait protéger sa famille du danger et de la Justice des hommes? Un côté inédit de l’Avengers est donc explorer ici. Sa femme et ses enfants, ses créations ont aussi un rôle très importants dans ce recueil introductif. Leur relation vis-à-vis du voisinage et des camarades d’école est finement exploitée. On ressent un malaise pesant, dans une ambiance assez sombre et oppressante, et ce malgré le cadre idyllique où réside la famille « artificielle ». Ce n’est pas chose habituelle dans une histoire liée à Vision. Mais malgré la méfiance des humains, les synthézoïdes montrent ici à quel point ils gardent des pulsions et des sentiments qui caractérisent pleinement le genre humain.

La vie n’est pas facile chez les « synthézoïde »

Côté dessin, on retrouve Gabriel Hernandez Walta, qui a récemment travaillé sur Magneto chez Marvel. L’artiste ibérique, de par ses planches, renforce le côté adulte, violent et cru du récit. Il accentue ainsi donc le malaise avec des scènes oppressantes et violentes mêlées à d’autres de la vie quotidienne. La colorisation de Jordie Bellaire avec des nuances orangées et marrons est apport supplémentaire au ton plutôt atypique de l’histoire. On notera les très bons travaux de couvertures de Mike Del Mundo sur le titre.

En résumé, un comic-book inhabituel et dérangeant quand on connaît le cursus du super-héros la Vision. C’est ce qui en fait d’ailleurs un recueil original et immanquable. Étant donné que l’Avenger a été construit par un androïde psychopathe (Ultron), détruit puis remonté de nombreuses fois depuis le début de sa carrière, on peut raisonnablement comprendre sa position actuelle ainsi que ses devoirs et responsabilités envers sa famille. Une histoire bien écrite déjà incontournable, mais qui n’est pas forcément à mettre devant tous les yeux, malgré la chaleur et l’accueil qui se dégage de sa couverture.

La Note du Kit :

Commentaires
Categories Kit Fisto, Nos chroniques
Jetez un oeil ici...
Concours du moment
- inscription nécessaire pour jouer -