[Review] Kingdom Come

 L’Apocalypse selon Saint Mark.

Dans un futur possible, les super-héros d’antan ont été surclassés puis remplacés par une nouvelle génération plus agressive, mais aussi plus amorale. Aussi, lorsque ces surhommes rayent accidentellement le Kansas de la carte des ÉtatsUnis, c’est au premier d’entre eux, Superman, de sortir de sa retraite et d’inculquer à cette nouvelle garde le goût pour la vérité et la justice. L’Homme d’Acier devra également combattre une association surprenante : celle de Lex Luthor, son pire ennemi, avec Batman, son ancien allié !

Kingdom Come
Auteur : Mark Waid
Dessinateur : Alex Ross
Contient les 4 chapitres US de Kingdom Come, des pages supplémentaires de Justice Society of America # 22et de nombreuses pages de bonus
Sorti chez Urban Comics

L’avis du Kit :

Wonder-Woman tentant de sortir Kal-El de sa retraite paisible.

1996, DC Comics charge Mark Waid & Alex Ross de s’associer pour livrer une histoire « elseworld » avec tous les héros de la firme.

Dans ce futur hypothétique de la Distinguée Concurrence, les super-héros d’antan ont pris congé, remplacés par une nouvelle lignée de justiciers. Ces derniers se montrent bien plus expéditifs et radicaux dans leur comportement face à leurs adversaires. Bientôt un drame survient qui cause chaos et destruction dans le Kansas, l’État d’adoption de Kal-El/Clark Kent ex-Superman. Le Kryptonien sort alors de sa retraite pour renfiler sa tenue et sa cape et prendre les choses en main aux cotés de ses alliés et donner une leçon à la jeune génération. Mais son ami de toujours, Bruce Wayne alias Batman, qui « règne » toujours sur Gotham grâce à ses drones, refuse de l’appuyer dans sa démarche tissant des liens mystérieux avec Lex Luthor…Quelles sont les intentions du Chevalier Noir dans la crise à venir?

Près de 10 ans avant la Civil War de Mark Millar chez Marvel, Mark Waid ( Daredevil, Princesse Leïa, Black Widow, Strange Fruit…) livre, chez DC Comics, une histoire divisant la « caste » des super-héros, suite à une terrible catastrophe. L’auteur nous montre ici tout son amour des super héros de l’Age d’Or des comics. Il exploite avec brio leurs idéaux et leurs principes de Justice, face à une jeunesse super-héroïque extrémiste et radicale qui les bafoue largement. Un récit palpitant, prenant, efficace et rondement mené par un grand auteur du monde des comicbook. Le récit est vu à travers les yeux d’un pasteur qui a eu une vision apocalyptique. Il sera alors le narrateur de l’action, guidé par le Spectre afin de voir comment nos héros vont tout mettre en œuvre pour empêcher le chaos et la destruction.

Aux planches, on retrouve la prestation « photoréaliste » du grand Alex Ross ( Marvels, Astro City, Earth X, Universe X, Paradise X…). Un travail d’une très grande qualité sur toutes les pages. On prend du temps et du plaisir à scruter dans le moindre détail toutes les planches pour ne rien rater de son trait. Du vrai travail d’orfèvre fait avec grande précision, comme il nous l’est montré plus tard dans les pages de bonus. On comprend pourquoi l’artiste à été maintes et maintes fois récompensé au cours de sa carrière.

Superman de retour aux affaires

 

Un graphic-novel tel une ode héroïque et nostalgique de l’Age d’Or des super-Héros DC . Un questionnement politique illustré magnifiquement par le photo-réalisme d’Alex Ross sur un très bon scénario de Mark Waid. Le duo, archi-récompensé, montre leur amour des super-héros DC et leur attachement à la Trinité Superman/Batman/Wonder-Woman. Une très belle édition Urban Comics complétée par des bonus sur les travaux préparatoires, les couvertures US, les présentations des personnages principaux, secondaires et même figurants de l’œuvre. Un must-have, une histoire classique culte de la Distinguée Concurrence à avoir dans sa bibliothèque pour la lire et la relire avec grand plaisir.

La note du Kit:

 

Commentaires
Categories Kit Fisto, Nos chroniques
Jetez un oeil ici...
Concours du moment
- inscription nécessaire pour jouer -