[Review] House of M – Edition noir et blanc

House of the rising M !

Bienvenue dans un monde dominé par les mutants et la maison M. Comment en est-on arrivé là ? Qui en est responsable ? Wolverine va tâcher de le découvrir !

House of M
Histoire : Brian M. Bendis
Illustrations : Olivier Coipel
Encrage : Tim Townsend, Rick Magyar, Scott Hanna, John Dell
Contient les épisodes House of M #1-8
Publié par Panini Comics

L’avis de Spider-Matt :

Après les événements de Avengers Disassembled et la création des New Avengers, Brian M. Bendis continue sur sa lancée en nous présentant en 2005, le premier grand event Marvel moderne. Le récit commence sur une réunion de la communauté super héroïque à la tour Stark. Avengers, X-Men, Dr Strange, Spider-Man, bref tout le monde est convié. L’objet de ce rendez-vous : Wanda Maximoff alias la Sorcière Rouge, fille du célèbre mutant Magnéto. Après les événements tragiques ayant menés à la mort de plusieurs Avengers dont Hawkeye et voyant cette dernière sombrer de plus en plus dans la folie, ils décident de se rendre à Génosha et d’y employer des mesures extrêmes si nécessaire. Mais avant de pouvoir faire quoi que ce soit, Wanda va altérer la réalité et tout le monde va se retrouver dans un monde où il est heureux en ayant tout oublié. Les mutants y règnent en maîtres et seul Wolverine se réveille en sachant que ce monde est factice et il va tout faire pour prévenir les autres.

Le récit est simple mais efficace. D’entrée de jeu, la conversation est grave. Des figures importantes comme les Avengers ou Charles Xavier envisagent la possibilité de tuer la Sorcière Rouge afin de préserver le monde. Ils sont complètement désemparés et on ressent leur peur et leur impuissance face à son immense pouvoir. Le ton est donné. Une fois que nous basculons dans le monde créé par Wanda il est assez amusant de découvrir la nouvelle vie des différents personnages. Celle-ci est censée représenter leur idée du bonheur. Ça va donner lieu à des situations assez cocasses ou carrément traumatisantes selon le héros. Au fil des pages, l’histoire va s’intensifier, l’ambiance est pesante, les enjeux réels. Cette série a une saveur toute particulière quand on se rend compte près de 15 ans plus tard de l’impact qu’elle a eue sur l’univers Marvel dans son ensemble. Ces dernière années, nous avons vu énormément d’event défiler sous nos yeux. La plupart du temps, une fois finis, les répercussions sont soit minimes soit carrément inexistantes. Ici, ce n’est pas le cas. L’univers Marvel tout entier s’en trouvera changé. Cet événement bouleversera le statu quo de certains personnages et de façon permanente. Ce qui s’est passé ce jour là à Génosha sera souvent mentionné à diverses occasions dans de futures publications de la Maison des Idées.

Panini a fait le choix de ressortir cette histoire en nous offrant une édition noir et blanc afin d’apprécier le trait d’Olivier Coipel dans sa plus simple expression. Ses dessins sont magnifiques et on sent tout le potentiel de cet artiste qui en est alors au début de sa carrière. Les compositions de ses planches sont très variées et il n’hésite pas à souvent faire déborder ses cases sur deux pages pour le plus grand bonheur de nos yeux. House Of M lui aura permis de se faire réellement connaître du grand public et de devenir la star qu’il est aujourd’hui. Il renouvellera sa collaboration avec Bendis pour l’event Siege notamment.

Un récit majeur qui aura de réelles conséquences pour l’univers Marvel dans son ensemble. Un immanquable à lire absolument. Cette édition fait la part belle aux dessins en noir et blanc d’Olivier Coipel afin de mettre l’accent sur son talent. Foncez, vous ne serez pas déçus.

La note de Spider-Matt : 

 

pour comprendre nos notes subjectives : 
5/5 J'adore 
4/5 Trés cool 
3/5 Sympa 
2/5 Sans plus 
1/5 Bof 
0/5 Pas pour moi
Commentaires
Categories Nos chroniques, Spider-Matt
Jetez un oeil ici...