[Review] Hellboy tome 1

Le diable s’habille en trench coat !

Delcourt Hellboy tome 1 Les nazis engagent un sorcier afin d’invoquer une puissance des enfers. Cette puissance se matérialise sous la forme d’un jeune démon rouge aux traits simiesques, qui leur échappe pour atterrir dans le camp américain. Ces derniers le nommeront Hellboy et feront de lui un inspecteur du paranormal.
Dans cet ouvrage nous suivons ses aventures qui l’emmèneront dans un sombre manoir où sévit le Culte du Serpent.

Hellboy tome 1 - Les Germes de la Destruction
Histoire : Mike Mignola
Illustrations : Mike Mignola
Contient les épisodes Hellboy : The seeds of destruction #1 à 4
Publié par Delcourt.

L’avis d’Alex :

[Retrouvez le Comic Cult de Chris sur Hellboy]

Professeur Bruttenholm (papa d’Hellboy)

L’histoire commence par un flashback se déroulant 50 ans avant les événements de l’histoire principale. Une créature a été invoquée par un magicien, Raspoutin, opérant à la solde des Nazis. Mais dû à un problème lors de l’invocation, cette dernière se retrouve dans le camp des Américains, celui du Professeur Trevor Bruttenholm. Ce dernier va alors le recueillir, le nommer Hellboy et l’élever comme son fils. Hellboy deviendra par la suite un célèbre inspecteur du paranormal…

Bruttenholm, que l’on croyait mort suite à une excursion au cercle polaire qui a mal tournée, revient après 2 ans d’absence, mais ne semble pas avoir toute sa tête. Pendant qu’il était en pleine discussion avec son fils adoptif, une pluie de grenouille s’abat sur les deux hommes et une créature batracienne tue le Professeur.
Hellboy décide alors de le venger puis d’enquêter sur sa mort, ce qui l’emmène dans le manoir de Mme Cavendish avec deux collègues issus du BRPD (Bureau de Recherche et de Défense sur le Paranormal) : Liz et Sapien.

Hellboy (2004); Hellboy (2008) Les légions d’or maudites

Lovecraft est cité dans les premières pages de l’ouvrage et on comprend rapidement pourquoi. Les espèces d’hommes grenouilles sont, selon moi, directement issues du récit de Lovecraft « Le Cauchemar d’Innsmouth« . L’ambiance sombre, angoissante et oppressante y fait aussi référence.
La narration est géniale, on est en permanence dans la tête d’Hellboy sans être coupé de l’action qui se déroule en parallèle ! J’avais l’impression de lire ce comics comme si je lisais un livre (enfin sans image quoi, mais avec les images… bon vous m’avez compris !). Pas étonnant que cette œuvre majeure dans l’univers du comics ait inspiré un certain Guillermo del Torro à réaliser deux films sur notre héros rouge.

La particularité d’Hellboy à faire des blagues pendant les phases d’actions peut faire penser à des personnages comme Deadpool ou autre mais ici le but du personnage n’est pas de faire le pitre, mais plutôt de lancer des punchlines comme dans les films des 90’s. Donc, certes ça fait un peu cliché, un peu lourd, mais c’est marrant et en fait pas choquant du tout !
C’est d’autant plus marrant qu’Hellboy n’est pas un personnage qui sourit, il a un vrai côté « pince-sans-rire » et cela donne, à mon sens, du charisme au personnage.

Hellboy en slip dégommant du mort vivant

Le style de Mike Magnola est unique en son genre, la principale caractéristique que l’on retient sont les forts contrastes. Il n’y a pas de fondus ou de réels dégradés, tout est tranchant et joue sur le clair-obscur. Il y a alors là une superbe maîtrise de la lumière qui crée une ambiance souvent pesante, lourde.. c’est simple on dirait qu’il ne fait jamais jour tout au long de l’histoire !
Les traits des personnages peuvent paraître simples à première vue, mais sont en fait très précis. Prenez un crayon et essayez de dessiner un « simple » buste du démon rouge et vous vous apercevrez vite que c’est beaucoup plus compliqué que cela n’y paraît en premier lieu !
Et à mon sens c’est ici que réside le génie de Mignola: proposer quelque chose de simple à l’oeil qui est en fait une économie de coups de pinceaux ! En effet, sans fioritures vous reconnaissez immédiatement les personnages et les expressions faciales sont facilement identifiables. Qu’il s’agisse d’un sourire (soyons honnête, ses personnages ne sourient que très rarement) ou d’un visage tordu de douleur.
Bref c’est tout simplement superbe !

Si vous êtes fan de H.P.Lovecraft et des récits sombres qui jonglent avec le paranormal vous ne serez pas déçu! Les dessins en rebuteront certains, mais si vous vous accrochez vous serez parti pour un long voyage, car l’univers d’Hellboy est très étendu !

La note d’Alex : 

 

pour comprendre nos notes subjectives : 
5/5 J'adore 
4/5 Très cool 
3/5 Sympa 
2/5 Sans plus 
1/5 Bof 
0/5 Pas pour moi
Commentaires
Categories Alex, Nos chroniques
Jetez un oeil ici...