[Review] Hawkeye Tome 1

Elle vous a à l’oeil !

Kate Bishop, la deuxième Hawkeye est partie à Los Angeles afin de quitter Clint Barton, le premier Hawkeye, spécialiste des plans foireux. Elle veut devenir détective privée mais pourra-t-elle longtemps laisser les galères derrière elle ?

Hawkeye Tome 1
Histoire : Kelly Thompson
Illustrations : Leonardo Romero, Michael Walsh
Encrage : Leonardo Romero, Michael Walsh
Couleur : Jordie Bellaire
Contient les épisodes Hawkeye Vol. 5 #1-6
Publié par Panini Comics

L’avis de Comics Grincheux :

Kate Bishop est un personnage assez récent dans l’univers Marvel. Héritière du titre de Hawkeye pendant que Clint Barton était encore mort, elle s’est vite imposée comme membre important des Young Avengers. Mais c’est surtout Matt Fraction qui a su lui donner une profondeur et une background story suffisante en puisant dans les quelques détails glissés ça et là par Allan Heisenberg. Ici, Kelly Thompson s’impose clairement comme la digne héritière de son homologue, Matt Fraction.

Néanmoins, plutôt que de singer son illustre prédécesseur, elle continue avec son propre style. Ce dernier se caractérise par de grosses plages de dialogues, bourrés de second degré et d’humour absurde qui permet de mettre en avant le caractère pataud de notre Hawkeye et qui prouve son lien inévitable avec son modèle. Kate va se retrouver dans des situations totalement loufoques, au milieu d’enquêtes souvent sur des sujets pourtant assez importants dans leurs thématiques et qui montre bien l’attachement de son auteure pour la cause féminine. Ainsi, on va passer d’affaires de harcèlement sexuel à la manipulation mentale. De même, Kate Bishop, malgré sa maladresse et son manque de bol constant n’est pas quelqu’un qui a besoin d’un soutien masculin. Elle se débrouille seule et aime le fait savoir. Elle ne se laisse pas marcher sur les pieds et aime aussi le signaler.

De plus, Kelly Thompson continue l’histoire que Matt Fraction et Annie Wu avait laissé en plan après leur arc L.A. Woman. Elle reprend la suite du voyage de Kate Bishop à Los Angeles alors qu’elle débute une nouvelle vie loin de New-York et du tumulte des super-héros à tout-va. C’est une excellente idée puisque cela permet d’explorer en profondeur le personnage, seule, face à elle-même. On découvre quelqu’un de profondément blessé par la vie, ce qu’on devinait déjà dans le run de Matt Fraction mais que l’auteure va explorer plus en détail, en montrant ses blessures et son manque de confiance en elle. Mais c’est aussi la démonstration d’une femme experte dans son travail de détective, au regard affûté et prompt à décocher une flèche. Les deux chapitres le démontreront d’ailleurs assez superbement avec un duo assez iconique et démontrant la capacité de Kelly Thompson à écrire des femmes fortes et complexes.

En ce qui concerne les dessins, Leonardo Romero s’éclate véritablement. Il a une idée simple mais d’une efficacité totale pour mettre en avant l’acuité visuelle de l’héroïne et il s’en sert toujours de la meilleure des façons. Au-delà de ça, il sait parfaitement mettre en valeur les compétences acrobatiques mais surtout, les séquences de dialogues assez nombreuses sont superbement mises en cases avec un joli focus sur les expressions du visage. Deux chapitres sont dessinés par Michael Walsh et là encore, le travail est très beau, reprenant les gimmicks de Romero mais en ajoutant de nouveaux, tout aussi bien maîtrisés et à propos pour l’aventure proposé. Il faut aussi signaler les couvertures Julian Totino Tedesco, superbes, mettant en valeur Kate Bishop ainsi que le côté complètement loufoque de certaines aventures.

Bref, cette nouvelle série Hawkeye centrée sur Kate Bishop reprend ce qu’avait bien fait Matt Fraction en y ajoutant son propre style. Kelly Thompson injecte sa propre folie et ses propres thèmes dans la série, en faisant un must pour les fans du personnage.

La note de Comics Grincheux : 

 

pour comprendre nos notes subjectives : 
5/5 J'adore 
4/5 Trés cool 
3/5 Sympa 
2/5 Sans plus 
1/5 Bof 
0/5 Pas pour moi
Commentaires
Categories Comics Grincheux, Nos chroniques
Jetez un oeil ici...