[Review] Green Arrow tome 5 : Soif de sang

Fin de cycle pour le héros qui bande bien (son arc).

green arrow soif de sang urban comicsGreen Arrow est infecté par un virus qui trouve son origine à Seattle et se répandant de manière assez rapide.
Il va parcourir le monde pour trouver un remède mais pourrait bien trouver Deathstroke sur sa route…

Green Arrow - Soif de sang
Histoire : Benjamin Percy
Illustrations : Patrick Zircher
Contient les épisodes Green Arrow Annual 1 et Green Arrow #48 à 52
Publié par Urban Comics

L’avis de Ben :

Cette fois on y est, ce livre le dernier tome de la série. C’est toujours avec un petit pincement au cœur qu’on l’aborde… mais quand on sait que Rebirth arrive et que c’est du Grand Cru, on est un peu moins triste.

Revenons à notre archer qui dans ce tome nous révèle son côté bestial. Oliver Queen contaminé par le virus lukos occile entre l’envie de s’en sortir et l’envie de se laisser aller. Les pages sont remplit de ses états d’âme et sa demi sœur Emiko lui sera d’une aide précieuse.

Au delà des états d’âmes de notre héro, le comics traite de la vision des malades par notre société (peste, sida…) et notre tendance à mettre les victimes de ces fléaux en marge, voir de les parquer. On y retrouvera donc tous les clans, extrémistes de chaque bord, indécis, ignorant… rapide état des lieux de notre quotidien.

Une petite déception toute de même car le numéro nous promettait un affrontement avec Deathstroke et même si ce dernier nous offre bien sa présence elle aurait été dispensable. A la rigueur j’aurais aimer un affrontement plus conséquent avec le chef des « Blancs » sur les terres africaines.

C’est d’ailleurs ce que je pourrais reprocher le plus à ce numéro, les auteurs survolent les personnages secondaire comme le Docteur Miracle, Deathstroke, Oga chef des « blancs » ou encore Paragon.

Le dessin quand à lui est dans la lignée des précédents tomes, propre et qui fait plaisir.

Au final, le bilan est mitigé on a une histoire dispensable notamment parce que le précédent tome se termine correctement. Mais les fans de Green Arrow y trouveront leur compte car l’histoire sans être folle se lit bien.

Ce dernier tome conclue sur une histoire bestiale, violente et plaisante… mais qui se révèle tout de même dispensable nottament à cause de quelques petits défauts dans la psychologie des personnages. Malgré tout le titre avait de nombreuses qualités.
Et maintenant ? Place à Rebirth !

La note de Ben : 


Commentaires
Categories Ben, Nos chroniques
Jetez un oeil ici...
Concours du moment
- inscription nécessaire pour jouer -