[Review] Generations 001

La série Generations comptera quatre numéros et verra certains héros du présent rencontrer leurs homologues du passé, la version originelle de chaque personnage, afin d’en tirer des leçons existentielles. Dans ce premier volume, vous retrouverez les rencontre entre Thor, Hulk et Jean Grey.

L’INDIGNE THOR & LE PUISSANT THOR / LES TONNERRES

Histoire : Jason Aaron
Illustrations : Mahmud Asrar
Encrage : Mahmud Asrar
Couleur : Jordie Bellaire

L’avis de Spider-Matt :

Ce récit voit Jane Foster, l’actuelle détentrice de Mjölnir, rencontrer en pleine période Viking un jeune Thor Odinson pas encore digne de soulever ce marteau. Ils vont devoir faire équipe et affronter un ennemi surpuissant. L’histoire est centrée sur l’humanité dont Thor a toujours fait preuve envers Midgard. Il s’est toujours senti proche de ce royaume, n’a jamais abusé de son statut divin outre mesure et a toujours été là pour la Terre. Au grand désarroi de son père Odin. Cette facette du personnage est importante pour Jane Foster car, atteinte d’un cancer, le simple fait de reprendre son apparence mortelle la tue un peu plus chaque jour. Elle se demande donc de plus en plus si elle ne devrait pas rester ce dieu à plein temps. J’ai toujours aimé les histoires qui racontent le passé de ce jeune dieu du tonnerre et celle-ci ne déroge pas à la règle. C’est bien écrit et on entre tout de suite dans le récit. La nouvelle Thor pourra en tirer de vraies leçons qui lui permettront de faire des choix cruciaux. Le fait de les voir affronter un ennemi qui a aussi parcouru les siècles ajoute un plus à la narration. Jason Aaron prouve une fois de plus que ce personnage est fait pour lui. Les dessins de Mahmud Asrar sont très beaux et embellissent vraiment l’ensemble.

Une note pour cette série :

 

L’avis de Fleur Geekette :

Sexiste, misogyne, arriéré, homme des cavernes et puant d’égocentrisme, Thor a tout pour déplaire. L’arrivée de Jane Foster brandissant son futur marteau, Mjolnir, a de quoi le titiller un peu. Si scénaristiquement, ce petit récit n’apporte aucune base d’intrigue ou de problème à résoudre, il permet néanmoins d’appréhender chaque élément de cet univers Asgardien. Thor est un prince avec une cuillère en argent dans la bouche, mais elle ne l’empêche pas de ressortir son moi profond par intermittences : aider son prochain et défendre son peuple est un des leitmotiv de Thor, une de ses qualités qui se développera avec le temps, mais qui ici est à l’état d’embryon. Jane Foster, elle, est cérébrale, l’opposée exacte de son homologue masculin. Si elle se détache peu à peu de son humanité au profit de son enveloppe divine, côtoyer Thor lui permet d’être confontrée à ce qu’elle risque de perdre. Un joli parallélisme soutenu par le scénariste Jason Aaron dont on m’a tant parlé. Les dessins de Mahmud Asrar, eux, sont sublimes, punchy, épiques et collent parfaitement à l’univers. Un bon point pour ce premier récit, qui disons-le, m’a donné envie de lire du Marvel. Je reste cependant un peu dubitative mais enthousiaste à la vue des dernières pages, qui sous-entendent une relation plus qu’inhabituelle entre deux personnages. Affaire à suivre…

Une note pour cette série :

 

 

LE PHÉNIX ET JEAN GREY / LES PHÉNIX

Histoire : Cullen Bunn
Illustrations : R.B. Silva
Encrage : Adrian Di Benedetto, R.B. Silva
Couleur : Rain Beredo

 

L’avis de Spider-Matt :

La jeune Jean Grey venue du passé rencontre la Jean Grey adulte et détentrice de la force Phénix. Ayant conscience des événements tragiques qui vont avoir lieu, elle va essayer d’en apprendre plus sur cette entité afin de gérer la situation différemment une fois qu’elle y sera confrontée. Nous y voyons donc une Jean Grey adulte et extrêmement puissante insouciante et sûre d’elle avec tout ce pouvoir alors qu’au contraire sa version adolescente est écrasée sous le poids des responsabilités et de la peur envers cette divinité cosmique qu’elle sait responsable d’innombrables morts. Le récit appuie sur la maturité dont est obligée de faire preuve cette version juvénile de la super héroïne. Alors que celle-ci a été arrachée à sa ligne temporelle, elle se montre souvent bien plus responsable que les adultes à l’origine de sa situation. La partie graphique est réussie et renforce ce récit très agréable à lire.

Une note pour cette série :

 

L’avis de Fleur Geekette :

Au commencement, le récit suivant m’a un peu perturbé. Le Phénix et Jean Grey présente une timeline complexe. Si les éditeurs ont bien tenté de nous l’expliquer par un petit résumé, il n’empêche qu’être « tirée du passé pour être envoyée dans le futur mais qui est bloquée dans le présent » ne m’aide pas vraiment. Scénaristiquement, ce récit est intéressant. Sa thématique principale : l’effet papillon et le contrôle de la destinée. Cullen Bunn nous offre un programme riche en dialogues et des personnalités intéressantes. Malheureusement, le dessinateur choisi ne correspond pas à l’univers tragique et théâtral de Jean Grey. Si R.B. Silva parvient à retranscrire la sensualité et la puissance du Phénix, il nous offre des décors rétros et bons marchés, et la colorisation de Rain Beredo infantilise le scénario et le rend presque disco. La galaxie n’est pas censée être funky, et c’est ce qui me déplaît chez Marvel. Sur ce point, je ne suis pas réconciliée !

Une note pour cette série :

 

BANNER HULK & LE CARRÉMENT DÉMENTIEL HULK / LES PLUS FORTS

Histoire : Greg Pak
Illustrations : Matteo Buffagni
Encrage : Matteo Buffagni
Couleur : Dono Sanchez-Almara

 

L’avis de Spider-Matt :

Ayant sauvé Hulk en s’attribuant ses pouvoirs, Amadeus Cho se plaît à dire que non seulement il est l’une des personnes les plus intelligentes de la Terre mais que dorénavant il en est également l’une des plus puissantes. Cependant, au fil de ses aventures, malgré le fait qu’Amadeus affirme qu’il contrôle totalement son pouvoir, nous pouvons voir celui-ci perdre le contrôle et être au bord du lâché prise total. J’ai trouvé que cette histoire était la plus faible des trois. Cho va rencontrer Banner, on va essayer de nous faire croire qu’il va avoir une révélation, mais au final ça sonne faux et celui-ci n’apprends rien de plus que ce qu’il ne savait déjà. Oui, un monstre sommeil en lui et oui, il risque d’en perdre le contrôle à tout moment. Pas besoin du saut temporel pour en avoir la confirmation. Ce n’est pas catastrophique et ça se laisse lire mais ça ne sert à rien. Les dessins sont quant à eux excellents, ce qui aura tendance à relever le niveau de ce chapitre.

Une note pour cette série :

 

L’avis de Fleur Geekette :

Venons-en à ce brave Hulk. J’étais convaincue, persuadée que j’allais détester la lecture de Banner Hulk et le Carrément Démentiel Hulk, puisque ce personnage ne m’a jamais intéressé, que ce soit dans les films ou par son histoire. Je dois admettre que ce récit est pourtant mon préféré. Greg Pak nous offre un dialogue entre deux hommes de deux époques différentes : le brillant Amadeus Cho, persuadé que Hulk peut être contrôlé afin de faire le bien, et Bruce Banner, rongé par la colère et qui a depuis longtemps accepté sa condition. Une rencontre philosophique et touchante, qui accentue la dimension tragique du personnage. Les dessins de Matteo Buffagni ne m’ont pas enchanté, sa patte artistique étant particulière et brouillonne à mes yeux, mais ils ont l’avantage de mettre en  avant le scénario, la réalité froide et de faire ressortir les failles humaines des deux hommes. Un grand bravo !

Une note pour cette série :

 

L’avis de Spider-Matt

Un bon numéro avec de bonnes équipes créatives. On retiendra surtout le récit mettant en scène les Thor et qui nous montrera une fois de plus que Jason Aaron est fait pour raconter les histoires de ce personnage. Le point faible de ce numéro est sans nul doute Hulk qui n’apporte rien au personnage.

 

L’avis de Fleur Geekette

Ma première lecture de l’univers Marvel est enfin arrivée ! Au final, on a un excellent point d’entrée pour tout nouveau lecteur. Il y a une diversité intéressante, des héros aux personnalités bien différentes mais des scénarios en dents de scie et des dessins inégaux. C’est donc un comics à prendre avec ses qualités et ses défauts mais qui permet de bien appréhender l’univers Marvel pour les débutants puisque la forme éditoriale du kiosque est un bon point avec la première page : « Dans les épisodes précédents » qui permet d’effectuer un point d’entrée simple et rapide. Chaque couple de héros et héritiers est ainsi présenté dans leur contexte historique.

 

pour comprendre nos notes subjectives : 
5/5 J'adore 
4/5 Trés cool 
3/5 Sympa 
2/5 Sans plus 
1/5 Bof 
0/5 Pas pour moi
Commentaires
Categories Fleur Geekette, Nos chroniques, Spider-Matt
Jetez un oeil ici...