[Review] Doggybags Anthologie

Un comics à savourer sur place ou à emporter

doggybags anthologie label 619Doggybags Anthologie regroupe le meilleur de la série Doggybags et nous plonge dans l’horreur, le frisson le tout en rendant hommage aux comics d’horreur des années 1950.

Doggybags Anthologie
Histoire : RUN, Hasteda, Francesco Giugario et Aurélien Ducoudray
Illustrations : Run, Guillaume Singelin, Mathieu Bablet, Kartinka, Amoretti, Gasparutto ,Mëgaboy
Publié par Label 619 - Ankama

L’avis de Ben :

Pour ceux qui ne connaissent pas Doggybags, le concept est le suivant : proposer des histoires courtes faisant hommage aux comics et films pulp et horreur américain. On retrouve donc du gore, du fantastique et du loufoque tout au long des pages de Doggybags. Vous voilà prévenu, il ne faut pas mettre ce livre entre toutes les mains, public avisé nécessaire et âmes sensibles s’abstenir. Dans les histoires de Doggybags ça ne se fini jamais très bien, des litres de sang sont versés à chaque épisode et les héros son malmenés.

Pendant 13 numéros de Doggybags, Run a réunis les pires crapules de la BD. Et cette anthologie regroupe le gratin désigné par un sondage sur les réseaux sociaux. 10 histoires ont ainsi été sélectionnées par les internautes, on retrouve des auteurs comme : Run, Aurélien Ducoudray, Guillaume Singelin, Mathieu Bablet, des noms ayant marqué la BD ces dernières années : The Grocery, Mutafukaz, Puta madre, Shangri-La.

Si vous avez tous les tomes de Doggybags, ce livre ne vous est pas destiné, les histoires présentes vous seront déjà connues. Bien sûr, le fan inconditionnel qui sommeille en vous peut vous pousser vers cet ouvrage qui encore une fois est une belle pièces de collection à l’édition soignée. Un bon investissement.
Par contre, si vous ne connaissez pas Doggybags et que le genre vous intéresse alors foncez ! Le seul risque que vous prenez c’est de vouloir prendre la collection complète.

Je pourrais vous détailler chacune des dix histoires de cette anthologie mais je ne pense pas que l’idée soit bonne. En lisant cette Anthologie, vous plongerez dans des histoires passionnante allant de la chasse à l’homme dans le désert de l’Arizona, jusqu’au première loge d’un massacre sur Time Square.
L’important c’est que chacune de ces histoires repose sur un thème, une légende de tous les horizons (japonaise, des Carpates, Amérindienne, etc.) ou encore un fait divers et qu’au delà de la bande dessiné, vous y trouverez une page documenté venant en appuis et plongeant le lecteur en profondeur dans le sujet. Il est toujours bon de ce cultiver de la sorte.
Violence, prise de conscience, bêtise humaine au delà des histoires, Run et ses acolytes nous mettent face à la cruauté du monde motivé par des légendes ou des lavages de crânes médiatique. Cette anthologie résume le succès de la collection d’une belle manière.

Si je devais vous parler d’une seule histoire, je retiendrai “Dia de Muertos”. Cette histoire de Gasparutto et Giugiaro nous plonge dans un Mexique ravagé par les guerres entre narco-trafiquant, force de l’ordre corrompues et le peuple. Une vraie claque autant pour les dessins que pour le scénario. On y suis un groupe de justicier du peuple voulant faire cessé les actions cartels en employant la manière forte et sauvage.

De la même manière difficile de parler du dessin, tellement les styles de chaque dessinateur œuvrant dans cette anthologie ( et dans la collection complète) sont différent. Vous y trouverez plus ou moins votre compte, aurez sans doute votre préféré mais ce qu’il en ressort c’est que chacun a capté l’essentiel de Doggybags et nous renvoie face à nos terreurs à la mode “Crime Suspenstories” ou encore “Tales from the crypt”.

Doggybag Anthologie, c’est le mélange parfait entre action, culture et art. Laissez vous prendre et comme le dit Run, s’il ne vous plait pas vous aurez au moins une belle arme de défense !

La note de Ben : 

 

pour comprendre nos notes subjectives : 
5/5 J'adore 
4/5 Trés cool 
3/5 Sympa 
2/5 Sans plus 
1/5 Bof 
0/5 Pas pour moi
Categories Ben, Nos chroniques
Jetez un oeil ici...