[review] Doctor Who : les révolutions de la terreur

Viens voir le Doctor (non, n’aie pas peur !).

Doctor WhoGabriella Gonzales est une jeune femme qui a bien du mal à concilier ses études et son boulot de serveuse dans le restaurant familial. Oppressée par les exigences de son père, elle aide aussi à gérer la laverie de son futur beau-frère. Soudain, des forces d’outre-monde jaillissent des machines à laver. C’est le début d’une vague de phénomènes étranges qui envahit New York. Heureusement, le docteur veille !

Doctor Who : les révolutions de la terreur 
Auteur : Nick Abadzis
Dessinatrice : Elena Casagrande 
Ce volume contient : Doctor Who, the tenth doctor #1-5
Publié par Akileos

L’avis de Sonia Smith :

Adapter une série populaire sous la forme d’un comics n’a rien d’évident et peut vite tourner à la redite. Pourtant, Akileos relève le défi en proposant plusieurs séries Doctor Who avec des incarnations différentes. Doctor Who, les révolutions de la Terreur met en scène le dixième docteur – David Tennant – dans des aventures inédites.

En effet, le propre de cette série est de produire des scénarios originaux, confiés à Nick Abadzis, auteur du très émouvant Laïka. Doctor Who atterrit à New York, dans une ville passablement perturbée par des forces occultes contre lesquelles il va devoir agir. Les habitués de la série retrouveront avec plaisir une ambiance déjantée, l’humour décalé du Doctor Who qui sert ses meilleures réparties pour le plus grand bonheur des fans.

L’avantage de ce titre est qu’il peut également être lu sans aucun problème par un lecteur qui ne connaîtrait pas – oui, il en existe ! – la série. Le scénario se tient parfaitement et plonge le lecteur dans un récit fantastique qui allie avec bonheur le voyage temporel et la lutte contre des entités étranges venues de l’Au-Delà ou d’autres univers. La personnalité des personnages principaux est fouillée et on se prend assez vite d’affection pour Gabrielle Gonzales, cette jeune femme d’origine mexicaine, écrasée sous le poids de la tradition familiale, qui rêve de faire des études et de s’émanciper. Gabrielle va se révéler devant le danger et sa soif d’aventures alliée à une bonne dose de courage et d’inconscience feront des merveilles aux côtés du Doctor Who. Ce personnage permet d’introduire dans ce récit fantastique la question des conflits générationnels qui règnent parfois dans les familles entre des générations qui perpétuent une tradition et une nouvelle génération prête à tenter de nouvelles aventures. Gabrielle est une femme qui refuse de rester cantonnée à un rôle subalterne. Le traitement de cette problématique est traité avec légèreté sans que le propos soit pesant et cela participe à mon sens à l’intérêt de la série. Le récit est d’ailleurs écrit du point de vue de Gabrielle et non de celui du docteur.

Doctor Who, quant à lui, fait montre de sa fantaisie habituelle mais également d’une grande empathie envers les habitants de New York et en particulier envers Gabrielle. La relation qui se noue entre les deux personnages est complexe et intéressante à suivre, aussi bien dans les rues dangereuses de New York que lorsqu’ils visitent d’autres mondes afin que Gabrielle puisse s’ouvrir à d’autres cultures. Si Gabrielle est désignée pour être la compagne du Doctor dans ses voyages, leur relation fait aussi penser à celle d’une élève et de son maître et elle fonctionne parfaitement.

Sur le plan graphique, Elena Casagrande livre un travail dynamique. Ses personnages sont crédibles et expressifs, le look du Doctor Who correspond parfaitement à celui de David Tennant dans la série permettant aux fans de la série de retrouver leur héros même si sur certaines cases la finition des visages laisse à désirer. Elena Casagrande promène les personnages avec aisance à travers les dimensions et les combats.

Saluons au passage le travail d’édition d’Akileos : l’ouvrage est soigné, la traduction réussie et on trouve en fin d’ouvrage des petits bonus comme les couvertures originales et des informations sur la création du personnage de Gabrielle.

Ces aventures de Doctor Who savent jongler entre les combats dynamiques et un récit à caractère plus social et émouvant et c’est cette alchimie qui m’a permis d’accrocher à ce titre efficace.

Avec ce premier opus des aventures du dixième docteur, Nick Abadzis livre un scénario original et plaisant qui met en valeur à la fois le personnage du Doctor Who et celui de Gabrielle Gonzales, qui sera sa compagne au cours de ses aventures. Si le premier récit est assez classique – une invasion de forces obscures – il permet toutefois de placer un message social que renforce la seconde aventure aux accents mystiques. Que vous soyez fan du Doctor Who ou néophyte, ce titre vous fera passer un excellent moment. Bon voyage !

La note de Sonia Smith :

 

 

Commentaires
Categories Nos chroniques, Sonia Smith
Jetez un oeil ici...
Concours du moment
- inscription nécessaire pour jouer -