[Review] Delilah Dirk et le shilling du Roi

Es-tu irrésistible Delilah ?

Delilah Dirk et Selim poursuivent leurs aventures et se retrouvent au Portugal en 1809. Ils viennent en aide à une famille en récupérant un enfant séquestré par son père militaire portugais prêt à entraîner son jeune fils dans une guerre sans merci contre les troupes françaises. Comme d’habitude, rien ne se passe comme prévu, Selim et Delilah se retrouve poursuivis par une horde prête à en découdre. Croyant avoir échappé à leurs poursuivants, les deux comparses se retrouvent aux prises avec l’armée anglaise.

Delilah Dirk et le shilling du Roi
Auteur : Tony Cliff
Dessinateur : Tony Cliff
Publié par Akileos

L’avis de Sonia Smith : 

Dans ce deuxième volume publié chez Akileos, Delilah Dirk et son compagnon Selim ont quitté l’Empire Ottoman pour se retrouver dans le Portugal du début du XIXe siècle et, qui plus est, au cœur des guerres napoléoniennes. Le décor choisi par Tony Cliff est plutôt original : le choix de placer son aventure dans le sud de l’Europe est atypique et intéressant puisque les Portugais se trouvent au milieu d’un conflit entre Empires français et britanniques. L’auteur place donc ses personnages dans un univers réaliste et leur oppose des adversaires plutôt crédibles. J’ai été personnellement séduite par cette volonté de placer le récit dans une période historique que j’affectionne et dans un cadre géographique plutôt original.

Delilah, dans ce récit, perd sa réputation d’invincibilité et se monte vulnérable physiquement et moralement ce qui en fait un personnage plus attachant puisqu’elle révèle ses failles derrière sa carapace. On en apprend davantage sur sa famille et ses origines et c’est un des grands points forts de ce volume qui lève donc un peu le voile sur les origines de cette femme mystérieuse. Le personnage de Selim n’est pas en reste, on lui découvre des rêves, des espoirs et des désillusions, il porte un regard critique sur l’Angleterre qu’il avait jusque là idéalisée. Le duo reste très équilibré dans ce volume, aucun des deux personnages ne volent la vedette à l’autre et ils sont totalement complémentaires et indissociables.

L’adversaire de Delilah et Selim est aussi intéressant : un major anglais particulièrement teigneux et revanchard qui cache lui aussi bien des blessures personnelles. L’affrontement entre eux parcourt tout le titre et Tony Cliff sait parfaitement garder un rythme endiablé de la première à la dernière page qu’il parsème de courses poursuites et d’explosions, de complots et de trahisons. On se dit qu’avec ses ennemis du premier volume – sultan et pirates – Delilah commencent à accumuler les rancœurs contre elle, non seulement parce qu’elle met fin aux trafics en tous genres mais aussi parce qu’il est dérangeant pour ses adversaires d’être défaits par une femme. Tony Cliff montre encore une fois son héroïne en rupture totale avec la tradition, qui fait fi des contraintes imposées à la gente féminine même si elle est toutefois soucieuse de sa réputation. Mais c’est sa réputation de combattante qu’elle entend préserver plutôt que celle de la jeune aristocrate britannique qu’elle a choisi de ne plus être.

Tony Cliff gratifie encore une fois ses lecteurs de paysages et de décors somptueux, qu’il s’agisse des campagnes portugaises ou des châteaux anglais. Les uniformes et les voiliers britanniques et français sont superbes et les planches toujours aussi dynamiques. On sent que Cliff maîtrise désormais totalement son sujet et ses personnages.

On s’attache peu à peu aux deux héros dont on voudrait bien que leur relation évolue un peu – on sent d’ailleurs que Tony Cliff nous y prépare – et on aimerait bien comprendre ce qui pousse Delilah Dirk à se précipiter sur tous les lieux de découvertes archéologiques. Les méchants humiliés par Delilah et Selim s’accumulent et on imagine qu’ils ne manqueront pas de resurgir à l’avenir, ce qu’on attend impatiemment.

Delilah Dirk et le shilling du Roi tient la promesse faite dans le premier récit des aventures de cet Indiana Jones en jupons. Tony Cliff offre à ses héros de nouveaux terrains pour leurs trépidantes aventures, promenant son lecteur du Portugal ensoleillé aux fins fonds d’une Angleterre traditionnelle en conservant le rythme endiablé qui faisait sa marque de fabrique dans le premier volume. Ce deuxième tome est une suite réussie et on retrouve avec plaisir ce dynamique duo.

La note de Sonia Smith : 

Commentaires
Categories Nos chroniques, Sonia Smith
Jetez un oeil ici...