[Review] Batman Metal Tome 2

Après les Sept samouraïs, voici les Sept chevaliers noirs

Ils sont sept, comme les mercenaires ou les péchés capitaux et ils sont méchant, très méchants ! Ils viennent du Multivers Noir et viennent aider Barbatos à mettre son plan en route. Vous allez les découvrir ici !

Batman Metal Tome 2 - Les Chevaliers Noirs
Histoire : Scott Snyder, Joshua Williamson, James Tynion IV, Frank Tieri, Peter J. Tomasi, Sam Humphries, Dan Abnett
Illustrations : Greg Capullo, Doug Mahnke, Yanick Paquette, Jorge Jimenez, Carmine DiGiandomenico, Riccardo Federini, Ethan Van Sciver, Philip Tan, Tyler Kirkham, Franci Manapul, Tony S. Daniel, Riley Rossmo
Encrage : Danny Miki, Jaime Mendoza, etc
Couleur : Fco Plascencia, Ivan Plascencia, Rain Beredo
Contient les épisodes Batman: The Red Death #1, Batman: The Murder Machine #1, Batman: The Dawnbreaker #1, Batman: The Drowned #1, Batman: The Merciless #1, Batman: The Devastator #1, The Batman Who Laughs #1, Batman Lost #1, Dark Nights: Metal #3
Publié par Urban Comics




L’avis de Comics Grincheux :

Après un premier tome pénible  à suivre et qui voyait Scott Snyder partir seul dans des délires à la Grant Morrison et de l’auto-référence perpétuel, le deuxième tome propose de découvrir les mystérieux Chevaliers Noirs de Barbatos. Reste à savoir si cela parviendra à maintenir de l’intérêt.

Autant le dire tout de suite, ce tome contient les meilleurs moments de l’event avec les épisodes sur ces versions déformés de Batman. Mais ça ne veut pas dire que c’est bon pour autant !

En effet, chacun des sept chapitres a un gros problème de rythme. Si les concepts sont bons pour ces personnages, chaque auteur va, en un numéro, nous présenter leurs origines, leur allégeance à Barbatos, leur arrivée dans notre monde et un combat avec les personnages. C’est beaucoup trop pour vingt-deux pages ! Surtout que tous les numéros seront présentés de la même façon. Certains se démarquent et je retiens surtout celui écrit par Peter Tomasi qui parvient à s’échapper des contraintes pour mettre en oeuvre certaines réflexions sur le monde actuel et celui sur le Batman qui rit. Surtout, ce qui est le plus dommageable dans ces histoires, c’est qu’elles ont finalement peu d’impact sur l’event en tant que tel. Mais elles permettent de comprendre qui sont les Chevaliers Noirs qui ne serviront que de faire valoir pendant le récit et ne seront jamais approfondis. Pour autant, les dessinateurs de ces différentes histoires sont au sommet de leur art, que ce soit Francis Manapul ou encore Carmine DiGiandomenico, ils parviennent à insuffler de l’intérêt dans des histoires qui en manquent parfois cruellement.

Sinon, la grande histoire de Metal avance tout doucement dans deux chapitres. Le troisième épisode de Metal voit ainsi Barbatos lancer son attaque et le fan du run de Grant Morrison qui sommeille en moi a envie de hurler en lisant ce qui a été fait de cette entité. Mise en scène comme une force omniprésente dans la vie de Batman mais sans forme visible et surtout sans un aspect machiavélique aussi grossier, il n’est surtout qu’un gros destructeur de plus. L’hommage à l’auteur écossais continuera de plus belle dans le chapitre Batman : Lost. Mais là encore, ça ressemble à un travail assez grossier, loin de la précision scénaristique dont a su faire preuve, Scott Snyder. En voulant rendre hommage au run de Grant Morrison, il se perd dans des délires dont il semble mal maîtrisé tous les tenants et les aboutissants, ce qui aboutit à un résultat confus. Pourtant, il y a des idées intéressantes mais l’ensemble est fait de manière tellement générique que ça en devient pénible à suivre.

Et ce ne sont pas les dessins de Greg Capullo qui arrangeront les choses puisqu’à part les idées de design, le reste est vraiment peu attrayant. Les dessins sont souvent grossiers, avec un encrage qui tente de sauver les meubles et les scènes d’action partent en vrille, avec des compositions qui veulent trop en faire pour rendre lisible l’action. Et ce n’est pas colorisation criarde qui parviendra à rendre tout cela agréable à l’œil.

Bref, la déception Batman : Metal continue ici. Les récits sur les Sept chevaliers sonnent comme de grosses occasions ratées, trop denses, peu utiles au final, ils servent de complément pour qui voudrait s’intéresser à ces personnages aux concepts barrés comme il faut. Le reste de l’event se poursuit avec les mêmes défauts que précédemment. La constance est donc de rigueur !

La note de Comics Grincheux : 

 

pour comprendre nos notes subjectives : 
5/5 J'adore 
4/5 Trés cool 
3/5 Sympa 
2/5 Sans plus 
1/5 Bof 
0/5 Pas pour moi
Categories Comics Grincheux, Nos chroniques
Jetez un oeil ici...