[Review] Batman – Dark Knight : Last Crusade

Frank Miller et sa « Dernière Croisade »?

Dark_Knight_Last_Crusade

Dans une Gotham City emportée par un tourbillon de violence, c’est un Batman quadragénaire fourbu et fatigué qui a pris sous son aile un jeune homme au tempérament fougueux. C’est ainsi que Jason Todd se voit offrir le costume de Robin.
Dès lors, Le Chevalier Noir voit en lui un héritier potentiel autant qu’un danger public : saura-t-il apprivoiser ce nouveau compagnon d’armes avant que son pire ennemi, le Joker, ne fasse sa réapparition ?

Auteurs : Frank Miller et Brian Azzarello
Dessinateur : John romita Jr
Disponible chez Urban Comics dans la collection DC Essentiels

L’avis du Kit :

Batman_Last_Cruse_Robin

Batman, Robin et le Joker

Bruce Wayne est quarantenaire, il poursuit sans relâche sa lutte contre le crime à Gotham sous le masque et la cape du Batman. L’âge et les combats font que le milliardaire justicier a de plus en plus de mal à encaisser. Heureusement son nouveau Robin, Jason Todd, est là pour l’appuyer dans sa mission quotidienne. Mais pour le Caped Crusader, le sidekick au tempérament fougueux est loin d’être totalement prêt. Le fait que le Joker fasse encore des siennes en s’évadant une nouvelle fois de l’asile d’Arkham ne va pas aider notre duo héroïque dans leur confiance mutuelle.

The-Dark-Knight-Returns-The-Last-Crusade-2016-001-026-600x443

« Pas d’bras pas d’chocolat! » 😀

Quand la nouvelle de la sortie de Dark Knight : The Last Crusade était tombée, après les sorties des volets de Dark Knight III : The Master Race, j’étais assez enthousiaste. En effet, le pitch laissait entendre qu’on aurait droit à un prequel à la trilogie Dark Knight de Frank Miller, et que ce dernier serait toujours au scénario appuyé par Brian Azzarello (comme sur DK III d’ailleurs). Mon intérêt pour ce comic-book à décupler. J’ai donc lu la V.O il y a quelques semaines puis la V.F dernièrement avec le recueil de Urban Comics. On l’a déjà remarqué avec Dark Knight III, Miller s’est assagi dans ses propos et dans son écriture. On est loin de Dark Knight Strikes Again et de Holy Terror. Cet apaisement de l’auteur/dessinateur américain ce ressent une nouvelle fois ici (Est-ce du aux épreuves de sa santé moribonde passée?). Il nous conte ici les événements qui ont amené Bruce Wayne a être ce qu’il est advenu dans le culte Dark Knight Returns de 1986. Ce prequel est bien construit, maîtrisé et abouti… Certes le récit est bien trop court et on reste sur sa faim tellement on aurait aimé en voir un peu plus. L’aide de Brian Azzarello au scénario ne modifiera en rien ma frustration d’ailleurs… 😉

On peut aussi voir aussi le récit comme un one-shot assez lié aux événements narrés dans  » Le Deuil dans la Famille « . Le plaisir de retrouver aussi Killer-Croc et Poison Ivy est un petit plus aussi à apporter au recueil.

Screen Shot 2016-06-15 at 10.31.09 AM

Killer Croc vs Batman

Niveau graphique, John Romita Jr retrouve Miller près de 25 ans après leur travail commun pour Marvel sur « Daredevil – The Man without Fear », qui narrait des origines renouvelées du démon gardien de Hell’s Kitchen. Bien que toujours critiqué sur la touche anguleuse des traits et son excès de facilités, le dessinateur a, à mon humble avis, rehaussé son niveau depuis son arrivée chez La Distinguée Concurrence. Il a signé de bonne prestation sur Superman et All-Star Batman. Ici aussi, JRJr prouve une nouvelle fois qu’il en a dans le ventre et dans les doigts. C’est l’artiste dans ses bonnes années que l’on retrouve, et on en est heureux. On pourrait même comparé son Robin à son Kick-Ass et sa Hit-Girl des années passées. Sa prestation colle parfaitement à l’ambiance et à la violence millerienne de la saga Dark Knight.

Ma frustration quand à la rapidité de ma lecture se retrouve tout de même apaisée par le fait que Urban comics a inclus dans les bonus l’intégralité des crayonnés noir et blanc de l’illustrateur ainsi que les variant covers signée Frank Miller, Lee Bermejo et bien d’autres…
Ça soulage ma peine… et mon portefeuille 🙂

En résumé, on peut être déçu de voir un  récit ici trop court et une fin assez frustrante pour nous autres lecteurs et fan de comics. Il n’en reste pas moins une histoire qui reste bien menée par un Miller apaisé, un Azzarello constant et un Romita Jr au top. Certains diront que le rapport quantité/prix est abusé de la part de Urban Comics. mais l’éditeur rattrape le coup avec les bonus inclus. Un prequel de la saga Dark Knight qui se lit  rapidement, sans forcément y retrouver de grosses surprises mais qui reste bien et divertissant.

La note du Kit :

 

Commentaires
Categories Kit Fisto, Nos chroniques
Jetez un oeil ici...