[review] Archer et Armstrong

Les deux font la paire

archer-and-armstrongLe jeune Obadiah Archer est élevé par ses parents dans un parc d’attraction créationniste, au sein d’une secte religieuse dont le seul but est de former des assassins destinés à traquer celui qu’elle pense être l’Antéchrist. Armstrong, un colosse buveur et gouailleur, est en réalité un être immortel né il y a quelques milliers d’années qui traverse les époques en profitant de la vie. Le malheureux Armstrong a été désigné comme étant l’ennemi à abattre par la secte des Archer. Lorsqu’Obadiah se trouve face à lui, il ne parvient pas à le tuer et leur rivalité se transforme en une amitié indéfectible.

Auteur : Fred Van Lente
Dessinateurs : Clayton Henry, Pere Pérez, Emanuela Lupacchino, Alvaro Martinez, Khari Evans
Ce livre contient Archer and Armstrong #1 à 25 et Bloodshot and H.A.R.D corps #21

L’avis de Sonia Smith :

L’année 2016 se termine très bien pour l’éditeur Bliss Comics et les lecteurs des franchises Valiant puisque le tout jeune éditeur a décidé d’offrir au public une intégrale Archer and Armstrong de fort belle qualité. Ainsi, les lecteurs qui n’auraient pas encore fait connaissance avec ses personnages dans les éditions antérieures bénéficient d’un omnibus de presque 800 pages.

Archer and Armstrong est un récit qui utilise un ton humoristique et décalé voire déjanté mettant en avant deux héros complètement atypiques : d’un côté un jeune homme élevé dans un milieu rigoriste, une véritable machine à tuer capable de reproduire n’importe quelle technique de combat et de l’autre un immortel désœuvré, traînant sa misère de siècle en siècle mais profitant de la bonne chère. Chacun des deux est infiniment attachant et leur relation père / fils ou grand et petit frère fonctionnent parfaitement bien et on se prend d’affection pour Armstrong le bourru au grand cœur ou pour Archer, l’écorché vif dont la vie est plus courte mais faite de mensonges. Finalement, ne sachant quoi faire de leur existence, ils unissent leur solitude pour parcourir le monde en luttant contre les différentes branches de la Secte.

Autour d’eux gravitent des personnages secondaires complexes comme les frères d’Armstrong, Ivar et Gilad – que les lecteurs de The Valiant connaissent – ou Mary-Maria, élevée avec Archer et dont il est follement amoureux. Les différentes factions qui se disputent le pouvoir à travers le temps sont assez bien campées également, toutes ayant leurs particularités qu’il s’agisse des Sœurs des Ténèbres perpétuelles ou des Lamas du Dragon vert, tous sont des adversaires atypiques et redoutables.

Au cours du récit, les deux complices parcourent la terre mais aussi explorent le temps. Leur épopée les voit affronter des moines tibétains adeptes d’Hitler, des tyrannosaures affamés ou escalader les pyramides égyptiennes. Ces courses poursuites et autres bastons donnent l’occasion aux dessinateurs de nous offrir des planches hyper dynamiques où le mouvement est roi.

L’alternance des artistes ne nuit pas à l’ensemble qui reste très cohérent même si j’avoue une petite préférence pour Emanuela Lupacchino et Pere Pérez pour leur sens du mouvement et l’expressivité de leurs personnages. Archer and Armstrong est un titre qui mérite de multiples lectures tant de nombreux petits gags sont dissimulés aux quatre coins des planches.

Il faut noter que ‘ouvrage fait l’objet d’une très intéressante préface du scénariste Fred van Lente qui explique sa jeunesse chrétienne très affirmée puis sa prise de distance vis à vis de la religion. Je conseille vraiment de lire cette courte introduction qui donne un éclairage à l’oeuvre toute entière. En effet, si Archer and Armstrong est un titre plein d’humour, il est aussi et surtout une dénonciation perspicace de l’endoctrinement et de l’embrigadement dans une secte à vocation religieuse ou non. Fred van Lente montre combien les sectes s’emparent sous des prétextes fallacieux du pouvoir et de l’argent afin d’exercer une domination incontestée sur le monde. Les créationnistes voisinent avec les adorateurs du veau d’or – la réussite financière – et sont, sous des aspects variés, les faces d’un même dé.

C’est le grand mérite d’Archer and Armstrong d’allier un propos qui donne à réfléchir, évoquant tour à tour la manipulation mentale ou affective, la perte de repères ou la trahison des idéaux et un ton très léger qui donne franchement envie de rire aux éclats. L’autre tour de force de l’auteur est de maintenir le rythme et le suspense sur plus de 700 pages sans lasser le lecteur malgré quelques petites baisses de régime vite rattrapées.

Parmi les titres Valiant proposés par Bliss Comics en 2016, l’intégrale Archer and Armstrong était l’un des plus attendus. Ce récit tient totalement ses promesses grâce à un scénario à la fois léger sur la forme et d’une grande profondeur sur le fond. Ainsi, chaque lecteur y trouvera son bonheur, qu’il s’agisse de celui qui veut un titre d’aventures totalement loufoques ou celui qui a envie de se poser des questions existentielles.

La note de Sonia Smith : 

 

Commentaires
Categories Nos chroniques, Sonia Smith
Jetez un oeil ici...
Concours du moment
- inscription nécessaire pour jouer -