[Review] All-New Moon Knight tome 1

Rien n’est vrai, tout est possible !

Moon Knight enlève son masque de SpectorMarc Spector et ses multiples personnalités sont enfermés dans un hôpital psychiatrique. Les patients autour sont d’anciens partenaires ou alliés.
Et si finalement les aventures de Moon Knight n’avaient eu lieu que dans l’esprit d’un fou interné à l’asile ? Pour le savoir, il va devoir s’échapper.

All-New Moon Knight tome 1
Histoire : Jeff Lemire
Illustrations : Greg Smallwood mais aussi Wilfredo Torres, Francesco Francavilla et James Stokoe
Contient les épisodes Moon Knight 1 à 5
Publié par Panini Comics

L’avis de Matt :

Moon Knight est un personnage fascinant. Si par de nombreux aspects, le personnages semble être la réponse de Marvel Comics au Batman de DC Comics, Moon Knight a su acquérir au fil du temps une personnalité propre… ou plutôt des personnalités propres.
L’aventurier Marc Spector dans la vie est le super-héros capé Moon Knight mais également Steven Grant, un riche financier, Jake Lockley, chauffeur de taxi et Mr. Knight, une incarnation du street du chevalier de la lune.

Moon Knight à l'asile

« On n’est pas bien là ? A la fraîche… »

Mais pourquoi Spector a-t-il ressenti le besoin de developper autant de personnalités ? Et finalement, laquelle est la vraie ?
On a déjà vu par le passé la mise en scène de la folie présumé du héros. Dans une histoire précédente, il était même partie en mission sous les ordres d’un Captain America imaginaire.
Ici, tout pousse à croire que le personnage est fou. Maltraité par les soignants de l’asile, Marc Spector les voit comme des créatures monstrueuses (au sens propre) dès qu’il enfile le moindre masque bricolé à partir de vieux bout de tissus. Egalement, ses anciens alliés semblent tous être enfermé à l’asile avec lui. D’ailleurs, personne ne semble se souvenir de Moon Knight.
Plus le titre avance, plus le héros sombre dans la folie et ni le monde extérieur ni même la dernière page du livre ne lui apporteront de libération.

Le titre présente de vrais enjeux avec un monde ravagé par une tempête de sable et un vrai méchant, fussent ils imaginaires. Et nous, on a un besoin presque frénétique de comprendre ce qui est réel et ce qui ne l’est pas. On ne peut rien tenir pour acquis et ce jusqu’à la dernière page. Jeff Lemire au scénario nous balade avec beaucoup de talent.
Graphiquement, le livre aussi est parfois sckyzophrène et c’est une bonne nouvelle. Greg Smallwood joue avec la composition de ses pages et des cases qui changent de taille à mesure que le lien du héros avec le réel diminue. La mise en scène des rêves et souvenirs du héros propose un style graphique différent, plus sale et torturé. Le livre s’offre même quelques pages de Wilfredo Torres, Francesco Francavilla et James Stokoe qui lorsque le héros se rêvent dans ailleurs que dans le monde réel.

Pour m’achever, le cliffhanger de ce livre est une véritable bombe ! Inutile que je compte les jours qui me séparent du tome 2 de la série.

Des hommes crocodiles affrontent Moon Kngiht

 

 

Ce tout nouveau Moon Knight est un véritable réussite. Il s’inscrit dans un renouveau intelligent des séries Marvel Comics et se permet une mise en abîme totale de ses propres incohérences et problèmes éventuels de continuité.
Je me suis totalement laissé prendre au jeu et le twist final m’a séché. J’en redemande !

La note de Matt : 

 

Commentaires
Categories Matt, Nos chroniques
Jetez un oeil ici...